Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Christian Paul à Cambadélis : « Je ne suis pas disposé à entendre en permanence des leçons »

Le Monde.fr

La réponse du berger à la bergère. Voilà à quoi a ressemblé l’intervention du chef de file des socialistes « frondeurs », vendredi 24 avril sur i-Télé, après que Jean-Chrisophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, a refusé de débattre avec lui avant le congrès du parti prévu à Poitiers du 5 au 7 juin. « Ce n’est pas auprès de lui que je prendrais des leçons de socialisme, a attaqué le député de la Nièvre Christian Paul. Je ne suis pas disposé à entendre en permanence des leçons qui s’adressent à des parlementaires qui veulent faire réussir le quinquennat de François Hollande. »

Lundi, dans un communiqué, M. Cambadélis avait vertement opposé une fin de non-recevoir à la proposition de débat formulée par M. Paul. « Non contents de vouloir renverser la majorité (…), nos amis s’en prennent maintenant au président de la République, réputé, pour eux, incapable d’être au deuxième tour de l’élection présidentielle. Cherchant ainsi à substituer à la clarification sur la ligne, au nécessaire dépassement du Parti socialiste, le débat sur les primaires de tous les dangers », écrivait-il.

« Il faut faire la clarté dans les idées »

 

« M. Cambadélis a mené le parti là où il en est, voilà pourquoi il ferme les portes et les fenêtres », lui a répondu Christian Paul vendredi, déplorant qu’« à Poitiers les choses seront déjà jouées » alors que « les « militants doivent reprendre leur parti en main ». « Le PS n’a pas totalement réussi son passage de l’opposition au pouvoir, n’est pas le garant des engagements de 2012, a-t-il poursuivi. Ce n’est pas une affaire de famille, c’est une affaire de conviction. Il faut faire la clarté dans les idées, ce n’est pas le cas en ce moment. »

« Je n'ai pas vocation à être une opposition au gouvernement, a précisé le député de la Nièvre. Je suis de la majorité. Nous avons plutôt décidé de revitaliser le PS, de lui redonner une chance. Il faut que nous soyons peut-être les rassembleurs, les éclaireurs. Ce congrès vient après quatre défaites électorales, veut-on la cinquième aux régionales, la sixième en 2017 ? »

Christian Paul a détaillé quel pourrait être un programme de réformes alternatif à celui du gouvernement actuel, évoquant une « loi bancaire » « régulant » le secteur, des mesures de « justice fiscale » ou un « plan République » pour « recréer du civisme, mais pas par l’injonction autoritaire ». Il a aussi appelé à des mesures ciblées pour les entreprises en lieu et place du « saupoudrage » des incitations. « Il faut poursuivre les réformes » mais « pas forcément celles voulues par Bruxelles », a-t-il souligné. Au bénéfice de l’exécutif, cependant, il a cité la loi Rebsamen sur le dialogue social : « Elle peut permettre une meilleure représentation des salariés dans les petites entreprises, c’est une avancée. »

Partager cette page

Repost 0
Published by lapresseenrevue - dans AVRIL 2015

Présentation

  • : La Presse en Revue...
  •  La Presse en Revue...
  • : La presse est épluchée dans ses éléments politiques majeurs et cela avec un maximum d'impartialité. Aucun journal n'est écarté ni aucun journaliste. Des débats, des rendez-vous, des analyses... Bonne lecture.
  • Contact

Recherche

Pages